Une pincée de Soleil dans votre assiette avec Pauline Chardin et le SIGMA fp

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur pinterest
Pinterest
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur twitter
Twitter

Les lecteurs qui connaissent son travail ne seront pas surpris de lire que la photographe Pauline Chardin est également une amoureuse de Cuisine. Celle qui partage volontiers ses bonnes adresses sur Instagram et fait la part belle aux petits plats mitonnées ou salades estivales sur son blog The Voyageur, passe également volontiers de la planche contact à la planche à découper. Elle vient de sortir A Spoonful of Sun, aux éditions Gestalten, dans lequel elle partage ses recettes favorites, et toujours de saison. Des créations photographiées avec le boîtier SIGMA fp et ses optiques fétiches. Elle nous en parle aujourd’hui.

SIGMA France : Bonjour Pauline. Peux-tu nous en dire plus sur la genèse de cet ouvrage qui vient de sortir ?

Pauline Chardin : La photo, la cuisine, le voyage, tout ça m’anime depuis longtemps, mais ce qui a changé c’est il y a trois ans j’ai déménagé dans le sud de la Drôme. Six mois après la pandémie est arrivée. Faire un livre de cuisine j’y pensais, mais je n’avais jamais pris le temps d’y réfléchir sérieusement. Quand Gestalten m’a contactée j’ai réalisé que c’était vraiment le moment, la période se prêtait au travail de fond que nécessite un livre et j’avais en face de moi un éditeur qui comprenait la démarche de faire vivre la cuisine dans un univers d’inspirations plus large.

Tu es autodidacte. Comment as-tu appris la cuisine ?

C’est ma mère qui m’a appris les bases, enfin les siennes, et c’est ma famille en général qui m’a donné le goût de manger et de la cuisine. Chez nous c’est un sujet de conversation inépuisable, c’est ma grand mère qui pouvait raconter un plat qu’elle avait mangé 30 ans auparavant, mon père capable de se rappeler du nom de tous les restaurants ou presque et ma mère avec qui j’échange encore longuement sur ce qu’on a cuisiné chaque semaine.

Priorité au local oblige, ta cuisine est naturellement très ancrée dans le sud provençal où tu habites désormais, mais on imagine difficilement que tes nombreux voyages et expériences gustatives à travers le monde ne t’aient pas influencé. Quelles cultures ont inspiré ta cuisine ?

C’est vrai que ce sont les voyages qui ont vraiment fait « grandir » ma cuisine. Son cœur est vraiment en Méditerranée, au sens large : l’Italie, l’Espagne, la Grèce, le Liban, le Maroc… Mais j’aime aussi tellement l’Asie que des morceaux de cuisine japonaise, vietnamienne ou indienne s’y invitent régulièrement.

En habitant loin d’une grande ville et avec l’isolement des années COVID j’ai redécouvert la force de suggestion de la cuisine. Parfois l’odeur du riz koshihikari qui cuit suffit à me transporter au Japon !

Quels objectifs as-tu utilisés pour la réalisation de cet ouvrage ?

Pour photographier les plats, principalement le 65mm I series, mais aussi l’objectif macro pour hybride 105mm F2.8 DG DN | Art .

Dans le reste du livre, qui mélange photos de voyage et photos de notre maison, j’ai aussi utilisé le 35mm F2 DG DN | Contemporary I series et le 45mm F2.8 DG DN | Contemporary de la même ligne. Il y a aussi des photos plus anciennes prises avec le dp Quattro.

Tu as longtemps utilisé les boîtier SIGMA dp pour ton blog et tu utilises désormais le fp pour tes travaux. Qu’est-ce que tu aimes dans ce boîtier ?

Sa compacité et son design minimaliste. Je trouve que les boitiers Sigma brillent par leur discrétion, et pourtant ils attirent souvent la curiosité des inconnus !

C’est paradoxal mais vrai ! Merci d’avoir répondu à nos questions Pauline. Au fait, comment peut-on se procurer A Spoonful of Sun ?

Sur le site de l’éditeur, Gestalten ou en le commandant dans votre librairie préférée si ils ne l’ont pas en rayon.

Pour terminer, quelle est ta recette coup de cœur de cet été ?

Dès que les tomates arrivent dans la Drôme, ça devient difficile de ne pas en manger à tous les repas…avec la chaleur, le plat que je fais en boucle c’est le gazpacho tomate-poivron du livre, d’ailleurs c’est celui qu’on a choisi pour la couverture.

Pauline Chardin
Pauline Chardin

Je suis française et vis à Paris où je travaille comme photographe, styliste et directrice artistique. On peut dire que j’ai une faiblesse pour le voyage, les choses bien faites et la ricotta, mais la recette de ce qui me fait vibrer est probablement plutôt disséminée dans ce que je partage avec vous sur mon blog.

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Son matériel
SIGMA fp L

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.