Portraits Sri Lankais au 50mm F1.4 DG HSM | Art avec Romain T.

15. février 2018 Focus 3
Portraits Sri Lankais au 50mm F1.4 DG HSM | Art avec Romain T.

Si de nombreux photographes privilégient le zoom et sa polyvalence en voyage, les focales fixes peuvent également être de fidèles compagnons lors de déplacements à l’étranger… et le 50mm F1.4 DG HSM | Art, focale standard par excellence, peut tout à fait se prêter aussi bien à la photo de rue qu’à une séance de portrait improvisée comme nous le prouve aujourd’hui le photographe Romain Tournereau. Ce photographe qui jongle sans complexe entre argentique et numérique a bien voulu répondre à nos questions.

Bonjour Romain, commençons par la traditionnelle présentation si tu veux bien !

Bonjour Sigma, j’ai été initié à la photo argentique par mon père lorsque j’étais adolescent puis j’ai assez peu photographié pendant mes études, avant de m’y adonner plus régulièrement depuis une dizaine d’années. C’est surtout à l’occasion de voyages à l’étranger que je photographie, aussi bien en argentique qu’en numérique. Aussi dévorante soit-elle, ma passion du surf, qui me conduit à voyager très fréquemment en Indonésie, me laisse de belles plages de temps libre propices à la photo. Je suis donc un photographe en voyage plutôt que photographe de voyage, catégorie qui ne veut d’ailleurs pas dire grand-chose à mon sens…

Ton amour pour le Sri Lanka et ses habitants transparaît à travers tes images, comment es-tu tombé amoureux de ce pays ? Est-ce le pays qui t’a amené à y voyager où le voyage qui t’as marqué au point de vouloir y retourner ?

Ce voyage au Sri-Lanka qui remonte à 2016 m’a énormément plu. Avec ma compagne, nous avons sillonné ce pays magnifique et culturellement très riche. Nous y avons fait de belles rencontres, et c’est une bonne nouvelle si mes photos reflètent la grande gentillesse et la générosité de ces habitants !

Tu photographies donc aussi bien à l’argentique qu’au numérique. Qu’est-ce qui justifie l’un ou l’autre quand tu décides de sortir l’appareil photo ?

Je continue à photographier en argentique uniquement en Noir et Blanc. D’abord parce que je suis un inconditionnel du rendu de la Kodak Tri-X. Et d’autre part car le temps long du process argentique est une vraie bénédiction dans ce monde qui va si vite ! Avant de récupérer le scan de mes Kodak Tri-X, je suis toujours aussi fébrile que la première fois. Les deux types de boîtiers sont en permanence dans mon sac photo. J’utilise l’argentique exclusivement pour le Noir et Blanc, souvent pour les portraits ou lorsque le graphisme d’une scène m’interpelle. Mais il ne s’agit pas d’une règle immuable.

On sait les capteurs numériques particulièrement exigeants, beaucoup plus que ne l’est le film. Est-ce que le rendu d’un 50mm Art, déjà très piqué sur les capteurs full frame modernes, ne le devient pas trop sur la Tri-X de Kodak ?

C’était une crainte que j’avais avant de monter ce bel objet sur mon petit reflex argentique canon EOS 300. Toutefois, une nouvelle fois il semble que « Qui peut le plus, peut le
moins ». Les photos sont piquées et à mon goût je n’y vois pas d’excès !

Quels sont tes conseils pour ceux qui souhaiteraient se lancer dans le portrait en voyage mais n’ose pas toujours ? Quelles sont les choses à ne pas faire selon toi ?

Un téléobjectif d’au moins 500mm, une tenue camouflage et une bonne condition physique pour prendre la fuite rapidement si cela tourne mal !

Plus sérieusement, je pense qu’il faut d’abord voir avoir du temps devant soi et prendre le temps de déambuler sans but précis ! Ensuite bien sûr, il faut provoquer la rencontre. Dans certains cas, c’est l’inverse, votre présence incongrue suscitant la curiosité, vous n’avez rien à faire. Je demande toujours la permission avant de photographier et les refus sont peu fréquents. Enfin, sauf à ce que votre modèle se prenne au jeu, la prise de vue ne doit pas s’éterniser. Si cela est possible, revenir plusieurs jours d’affilée à un même endroit permet également de faciliter les choses et de tisser des liens qui permettent d’aller plus loin dans les portraits. Par exemple, certains portraits couleurs de cette série réalisés avec le Canon 6D ont été pris sur plusieurs jours au petit matin lors du retour des pêcheurs.

Tes doubles portraits permettent presque de vivre la rencontre avec tes sujets à tes cotés. C’est très réussi bravo ! Comment t’es venue l’idée ?

Si je ne « mitraille » pas lorsque je fais des portraits, je prends tout de même plusieurs clichés le plus souvent. Avec les photos de ce voyage, j’ai réalisé un livre photo dans lequel j’ai trouvé intéressant d’y faire apparaître plusieurs clichés d’une même série. Si cela peut enlever une part de mystère, cela traduit à mon sens la simplicité de la démarche et de ces rencontres.

Merci à Romain d’avoir partagé avec nous sa passion pour la photographie et le Sri Lanka. Retrouvez plus d’images issues aussi bien de ses bobines que de ses cartes mémoires sur sa page 500px !


Toutes les informations sur les objectifs de la ligne Art sont sur notre site SIGMA GLOBAL VISION :

135mm F1.8 DG HSM | Art

14mm F1.4 DG HSM | Art

20mm F1.4 DG HSM | Art

24mm F1.4 DG HSM | Art

35mm F1.4 DG HSM | Art

50mm F1.4 DG HSM | Art

85mm F1.4 DG HSM | Art


3 commentaires sur “Portraits Sri Lankais au 50mm F1.4 DG HSM | Art avec Romain T.”

  • 1
    gemapi le 15 février 2018 Répondre

    il est bon le romain!

  • 2
    Guillaume P le 5 mars 2018 Répondre

    Superbes noir et blanc !

    • 3
      Romain T le 14 mars 2018 Répondre

      Merci beaucoup Guillaume

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *